Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Contre l'engourdissement

Référence : MEL_0937
Date : 10/05/1940

Éditeur : Temps présent
Source : 4e année, n°128, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF
Type : Billet
Version texte Version texte/pdf Version pdf

Contre l'engourdissement

Il arrive après une nuit d’insomnie, ou un soir d’une journée d’énervement et d’extrême fatigue, de se sentir hors de la vie, extérieur aux événements, et comme placé au bord de sa propre destinée. Nous ne sommes plus mêlés aux choses, nous y assistons. Les bruits même de la rue, autobus, éclats de rire, abois, viennent d’un autre monde dont nous ne faisons plus partie. Notre vie révolue se réduit au tracé d’un fleuve sur une carte. La guerre en cours nous apparaît comme une tapisserie sur le métier, où déjà certaines figures commencent à prendre forme. L’excès même de l’épuisement crée en nous et autour de nous une paix pareille à celle dont sont peut-être pénétrées ces minutes d’avant la mort, lorsque l’homme détendu s’abandonne au courant de l’éternité. Quoi qu’il doive apparaître sur la toile où se dessine le futur, nous goûtons le repos de celui que le futur ne concerne plus, que rien ne concerne plus au monde que son âme qui va lui être redemandée.
Ainsi sommes-nous préservés d’imaginer le monde à venir tel que Hitler le rêve, et déjà s’efforce de le construire: un Etat Moloch entouré de nations vassales, où l’individu asservi, encadré, confondu dans la masse, perdrait jusqu’au souvenir du temps où il avait une âme, jusqu’au sentiment de sa dignité d’enfant de Dieu.
Il faut lutter contre cet engourdissement qui nous rend aveugles: ne pas nous évader en esprit de ce monde en flamme, mais prévoir, au contraire ce que nous devons conjurer.
Tout appartient au possible, et même ce qu’il nous est impossible de regarder en face. Tout ce qui sera est déjà en puissance dans ce qui est, au point que certains esprits aigus, parce qu’ils interprètent exactement les faits et qu’ils jugent lucidement les institutions et les hommes, dégagent les grandes lignes de l’avenir: un Bain-ville, un Paul Cambon. D’autres joignent à l’interprétation des faits un pressentiment, des dons de visionnaire: Dostoïevski, Nietzsche. Avouons notre prédilection pour ces grandes œuvres prophétiques, zébrées d’éclairs, qui illuminent brièvement l’horizon noir.
Tout ce qui sera est déjà en puissance dans ce qui est… A nous d’insérer dans le réel notre volonté, notre passion d’être les plus forts, de vaincre.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

François MAURIAC, “Contre l'engourdissement,” Mauriac en ligne, accessed November 24, 2020, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/937.