Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

La Face de la terre

Référence : MEL_0914
Date : 08/12/1939

Éditeur : Temps présent
Source : 3e année, n°106, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF
Type : Billet
Version texte Version texte/pdf Version pdf

La Face de la terre

Sans parti pris, et d’après les lettres reçues, les chrétiens m’apparaissent de beaucoup les moins concertés par ce monde où nous vivons. Le chrétien est l’homme qui retombe toujours sur ses pieds. Le sang d’Abel qui d'année en année, de mois en mois, ne cesse de monter, ce fleuve qui déborde ne le submerge pas. Pour lui, à toutes les abominations visibles correspond un accroissement de sacrifices, de vertus héroïques. Il sait qu'il existe une économie divine et la Grâce lui apparaît d’abord comme un équilibre.
Il se peut que, dans les périodes paisibles, le mal abonde autant que lorsque la guerre règne, et que pour être moins apparent, il n’en offense pas moins la pureté infinie. Il est vrai… Mais la peine que nous éprouvons à entrer dans ces vues, oserons-nous évoquer qu’elle nous rend parfois comme étrangers nos amis les plus chers?
En vérité, c’est la paix intérieure qui nous aide à accepter la guerre du dehors. L’état de Grâce est le seul état de paix sur lequel nous ayons pouvoir: lorsqu’il règne en nous, qu’avons-nous à nous troubler? Mauvais signe pour le chrétien que de n’être pas sensible aux secrète compensations de la Grâce, et lorsque le sang versé défigure à ses yeux le monde et y détruit la ressemblance divine. Aux jours où le Christ naissait, vivait, souffrait, la terre était déjà à l’effigie de César. Elle l’est encore. Mais ce qui déjà appartenait à Dieu reste à Dieu.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

François MAURIAC, “La Face de la terre,” Mauriac en ligne, accessed April 4, 2020, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/914.