Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Le Roc

Référence : MEL_0878
Date : 17/03/1939

Éditeur : Temps présent
Source : 3e année, n°70, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF
Type : Billet
Version texte Version texte/pdf Version pdf

Le Roc

Je me suis souvenu ces jours-ci de ce qu’écrivait, l’an dernier, un de mes plus brillants confrères:
“Il nous reste au moins une certitude et qui me comble de joie: c’est que l’Europe de demain sera communiste ou raciste, mais qu’en tout cas elle ne sera pas chrétienne.” J’ignore si ce confrère garde la même assurance, car c’est précisément l’horreur que leur inspirent les deux idéologies adverses et pourtant complices, qui aujourd’hui rend attentifs à l’éternelle jeunesse de l’Eglise catholique, même les plus hostiles, les plus indifférents.
A la question de Pilate: “Qu’est-ce que la Vérité?” le monde entier répond d’une seule voix: “C’est ce qui nous délivre, c’est ce qui nous rend libre.”
Oui, ceux pour qui la Vérité ne s’est pas incarnée à un moment de l’Histoire, et qui ne croient pas qu’elle continue de vivre au milieu de nous, même ceux-là contemplent avec des yeux nouveaux ce roc au milieu des passions humaines soulevées. “Et les nations espérerons en son nom…”
Certes, il est téméraire d’interpréter les desseins de Dieu. Mais à l’aube de ce Pontificat, tout se passe comme si l’erreur et le crime avaient mission de rassembler autour du Pasteur les brebis éparses. Les frères séparés ne se haïssent plus. De ce lien qu’ils croyaient rompu depuis plus de quatre siècles, des fibres résistent encore dont ils reconnaissent la force mystérieuse. Israël crucifié n’est plus si éloigné de comprendre le mystère de la Croix: combien de Juifs aujourd’hui ne prononcent plus le nom du Christ avec haine et mépris, mais avec fierté, avec un commencement d’amour?
C’est parce que l’Eglise se dresse au-dessus des partis de violence quels qu’ils soient, sans choisir entre eux, c’est parce qu’elle ne croit pas que la haine du communisme suffise à couvrir la multitude des crimes, qu’elle demeure plus que jamais, à la face d’un monde féroce, la gardienne des paroles que les hommes ont entendues une fois sur la sainte montagne. C’est parce qu’elle n’est pas du parti des assassins, que cheminerons vers elle, en rangs de plus en plus serrés, les cœurs purs, les pacifiques, les miséricordieux, les persécutés, les affamés de justice.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

François MAURIAC, “Le Roc,” Mauriac en ligne, accessed November 27, 2020, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/878.