Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Examen de conscience

Référence : MEL_0545
Date : 15/03/1940

Éditeur : L'Europe centrale
Source : 15e année, n°5, p.3
Relation : Notice bibliographique BnF
A ne pas confondre avec "Examen de conscience sur la tombe d'André Lafon", La Revue hebdomadaire, 12 janvier 1924, p.131-142.
Type : Chronique politique

Description

Pendant la drôle de guerre, à l’occasion du 1er anniversaire de l’invasion de la Bohême-Moravie par l’armée allemande, François Mauriac, au nom de l’efficacité et du réalisme, appelle les Français à ne pas transiger et à mettre un coup d’arrêt aux crimes hitlériens.

Version texte Version texte/pdf Version pdf

Examen de conscience

L'Allemagne nous aura goût que nous avions en France pour les effusions sentimentales entre nations. Ce dont les peuples martyrs ont le moins besoin, c'est de notre lyrisme et de notre éloquence. Ce que l'impartiale histoire retiendra des rapports de la France avec la Tchécoslovaquie d'une part, et de la Pologne avec la Tchécoslovaquie et la France d'autre part, chacun de nous le médite d'un esprit lucide et qui ne se paye plus de mots.
Ce n'est pas que notre cœur ne soit intéressé dans ce débat. Les étudiants tchèques assassinés par la Gestapo, je pourrais célébrer ici leur mémoire sacrée ; mais le temps n'est pas venu de s'attendrir. Il faut nous mettre en face de dures vérités, et par exemple de celle-ci: la résurrection de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne sera la pierre de touche de la défaite allemande. Plus ces trois pays se retrouveront semblables à ce qu'ils étaient avant les attentats hitlériens et plus l'Allemagne d'Hitler prendra conscience de son écrasement. Nous avons cru qu'on pouvait faire sa part au crime. Nous avons traité avec lui ; nous l'avons admis; la Pologne, ou plutôt ses dirigeants, ont voulu en profiter. C'est de cela que le destin nous a punis. Sur le cadavre de l'Autriche, les Tchèques auraient dû interroger leur conscience. Sur le cadavre de la Tchécoslovaquie, la Pologne aurait dû se frapper la poitrine. Il a fallu que la Pologne soit prise à la gorge pour que les démocraties alliées se dressent enfin contre le criminel dont elles avaient serré la main, une année plus tôt...
Voilà ce qu'il faut payer. Voilà ce qui a déjà été payé par des milliers d'innocents. La Pologne est remontée sur sa croix. Les Tchèques pleurent sur leurs fils assassinés. Les garçons d'Angleterre et de France reprennent le même sinistre chemin que leurs pères ont suivi au même âge. Et il en sera ainsi de génération en génération, aussi longtemps que les peuples consentiront à sanctionner les assassinats et à transiger avec les assassins.

Notes et références

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

François MAURIAC, “Examen de conscience,” Mauriac en ligne, accessed November 27, 2020, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/545.