Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Les écrivains et l’occultisme
Croyez-vous aux lignes de la main ?

Référence : MEL_0543
Date : 03/06/1939

Éditeur : Les Nouvelles littéraires
Source : n°868, p.6
Relation : Notice bibliographiqe BnF
Type : Enquête
Version texte Version texte/pdf Version pdf

Les écrivains et l’occultisme
Croyez-vous aux lignes de la main ?

Enquête de René Trintzius auprès de MM. François Mauriac, Gabriel Marcel, Abel Bonnard, Marcel Prévost, Pierre Brisson

C’est en vain que les admirables tapisseries d’Angers répétaient la leçon médiévale: la science toute matérielle des faux prophètes n'aboutit qu'à la destruction par le feu céleste des Sodomes et des Gomorrhes.
Elles n'avaient pas menti. Après deux siècles de science matérialiste toute la terre est vouée aux œuvres de mort.
Mais voilà que des hommes se souviennent dans leur désarroi de connaissances antiques qui assuraient jadis l’équilibre des civilisations: astrologie, chirologie, graphologie, médecine transcendantale, recherche psychiques élevant une mystérieuse échelle de Jacob entre terre et ciel. On a enfoui, sous cent pieds de mépris ou d’ignorance, ces vielles connaissances faites à la mesure de l’homme et de Dieu. Tous les dictionnaires, toutes les encyclopédies répètent à l’envie qu’il est stupide de croire que les astrologues étaient autre chose que des fous ou des imposteurs. Ils vous expliquent qu’il faut être insensé pour supposer que les planètes ou les constellations règlent nos destins et sont une présence spirituelle. Ils vous affirment que l'alchimie, qui assure que les métaux vivent, est une maladie de l'esprit. Quant à la chirologie, qui veut lire dans les mains les destins et les caractères, il faut la laisser aux saltimbanques et aux gitanes, qui exploitent la crédulité publique!
Mais les hommes commencent à sentir qu’on les a trompés et ils aident ces vieilles connaissances bafouées à sortir de leur tombeau.
Les voici qui paraissent au grand jour. Les astronomes ont beau affirmer que le lune n’a aucune influence sur la vie et la végétation, cent millions de paysans sont là pour dire le contraire, et il suffit au citadin d’avoir semé des épinards pour découvrir ce qu’avec toutes leurs lunettes d’approche les savants n’ont pas voulu voir.

Aujourd’hui, un chirologue, un homme qui sait que les planètes signent de leurs influences la main des hommes, est allé étudier celle d’une trentaine d’écrivains. C’est, si l’on veut, un petit fait, mais il marque une date importante dans l’historie de l’esprit et Les Nouvelles Littéraires se devaient d’en souligner la signification.
Il y a dix ans, la tentative de M. Bénisti, auteur de La Main de l’Ecrivain[1], eût échoué sous les rires ou le mépris. Aujourd’hui, M. Gabriel Marcel la salue dans la préface de son livre, comme “une pierre irremplaçable de l’œuvre immense qui s’édifie lentement sous nos yeux, sur les décombres d’une dogmatique scientiste heureusement effondrée”.
Il faut être juste. Ce climat nouveau a été préparé par des précurseurs hardis. Rem, notamment, étudia, dès avant la guerre, quelques mains d’artistes et d’écrivains, mais on souriait de ses efforts. Jean des Vignes Rouges ne dédaigna pas d’écrire un des premiers traités sérieux de chirologie. Paul Morand confia naguère sa main à l’œil expert de Maryse Choisy, et André Lang demandait, il y a deux ans, à quelques essayistes d’initier le public à ces mystérieuses recherches[2].

L’opinion de François Mauriac

Il était passionnant de visiter quelques-uns des écrivains dont M. Bénisti avait étudié la main, pour noter leurs réactions, pénétrer, si possible, le climat dans lequel s’était déroulée cette première prise de contact de princes de l’esprit avec la réalité occulte.
Les propos de M. François Mauriac nous font tout de suite comprendre qu’il ne faut pas crier victoire trop tôt. Nous avons l’impression que, si on le poussait un peu, le prestigieux auteur de Genitrix, n’hésiterait pas à voir dans la chirologie quelque piège du démon, et pourtant, le Livre de Job, cité par Paul Claudel, dans le même ouvrage, s’inscrit en faux contre cette affirmation:
— J’ai été très déçu par toutes les consultations chirologiques, nous déclare M. François Mauriac. Les conclusions n’en paraissent toujours édulcorées. Voici ce que je dois vous dire: pour connaître un écrivain, je ne me fie qu’à ses œuvres. Consulter sa main, c’est inutile, si on a su le lire –mais ce que j’appelle lire.”
Plus d’un chirologue donnerait un peu raison à M. François Mauriac. Les mains de l’écrivain, qui n’est [qu’]écrivain, sont peut-être moins “parlantes” de toutes car, pour sa disponibilité intellectuelle, un tel homme est destiné à demeurer un éternel velléitaire. Or, on permettra au chirologue qui signe ces lignes de préciser que les mains expriment surtout les tendances capables de passer à l’acte et de briser leur frein.
Pourtant, si vagues que soient les clichés du livre, consacrés aux mains de l’illustre romancier, on y lit une singulière puissance de secret et de refoulement signalée par le quadrangle étroit, une création qui s’abreuve aux sources même du péché (anneau de Vénus et gouttes d’eau des doigts), une grande mélancolie à base physiologique (île de la ligne de vie), le tout compensé par les croix mystiques du quadrangle.
Comme M. Bénisti a raison de remarquer cet auriculaire crochu de la main droite! L’auriculaire est le doigt du verbe et sa forme spéciale souligne ici l’effort du grand écrivain pour exprimer ce qu’il y a de plus pénible dans la fatalité du péché. Desbarrolles, croyons-nous, n’eût pas lu ce signe autrement.
Quelle leçon que la chirologie pour l’orgueil humain! Comme toutes les sciences issues de l’occultisme, elle nous remet entre les bras du fatum, sans, d’ailleurs, nous enfermer dans un déterminisme absolu et décourageant.

Notes

  1. Stock, éditeur.
  2. Ce que révèle la main, H. Rem (A. Michel). –Votre avenir révélé par les signes de la main, J. des Vignes Rouges (A. Michel). – Collection Mystère (Ed. de France).

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

René TRINTZIUS, “Les écrivains et l’occultisme
Croyez-vous aux lignes de la main ?,” Mauriac en ligne, accessed November 24, 2020, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/543.