Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Les Académiciens se joignent à la croisade du livre

Référence : MEL_0542
Date : 05/06/1937

Éditeur : Les Nouvelles littéraires
Source : n°764, p.4
Relation : Notice bibliographiqe BnF
Type : Enquête
Version texte Version texte/pdf Version pdf

Les Académiciens se joignent à la croisade du livre

Plusieurs fois déjà, les Nouvelles Littéraires ont abordé le problème si important de la défense du livre. Elles l’ont fait sans parti pris, soucieuses seulement d’attirer sur ce problème l’attention des pouvoirs publics. Car il est nécessaire que certaines discriminations soient faites dans l’application de dispositions législatives d’ordre général.
C’est ce que répètent ici avec l’autorité qui leur est propre quelques-uns de nos plus éminents académiciens. Nous terminerons la semaine prochaine cette consultation de M. Francis Ambrière en donnant la parole aux savants.

“S’il réclame et s’il exerce un droit de critique sur les destinées de l’espèce, l’homme libre et de clair jugement ne peut pas ne point admirer, dans l’ensemble, l’œuvre accomplie grâce au livre pendant ce peu de temps qu’est un demi-millénaire. Le livre est un des ressorts de l’individualisme créateur, de cet individualisme qui, même en nos temps incertains, demeure le génie tutélaire des sociétés humaines. Le livre a, pendant cinq cents ans été, pour l’esprit solitaire, un incomparable instrument de travail, d’élévation, de libération.”
C’est M. Georges Duhamel qui écrit ces lignes dans la préface de son dernier ouvrage, Défense des Lettres.
“Ce que les économistes, dit encore M. Duhamel, appellent, dans leur jargon, le ‘marché intérieur’, est d’ores et déjà troublé, déséquilibré, compromis. Le ‘marché extérieur’ est à peu près fermé pour des raisons politiques et monétaires dont on ne saurait supputer la prompte disparition. A ces difficultés effrayantes viennent s’en ajouter chaque jour de nouvelles. Les impôts, les lois sociales –dont je ne critique pas ici le principe et le sens– les aventures, les expédients et les désordres financiers, tout semble se liguer, depuis quelques années, pour porter à l’industrie du livre des coups mortels.”
Cette opinion, il n’est personne dans le monde de l’édition et de la librairie pour en contester la pénible exactitude. Tous les techniciens du livre, depuis plusieurs mois que la taxe de 6% et la fermeture des deux jours sont venus [sic] encore ajouter au mal, ont tour à tour exprimé là-dessus un avis catégorique. Restaient à consulter d’autres artisans du livre, et non les moins importants: ceux qui les font. D’où cette enquête, où l’on s’est volontairement tenu à des hommes au sommet de leur carrière, et pour dire mieux aux membres d’un corps souvent moqué, souvent persiflé, mais dont la tradition spirituelle a trois siècles, et dont le prestige ne se compare à nul autre: on aura reconnu l’Académie française.

[…]
M. François Mauriac

Même condamnation de principe dans la bouche de M. François Mauriac, qui ajoute:
“Je ne puis malheureusement appuyer ma réponse sur des chiffres. Seuls le libraire et l’éditeur sont en mesure de faire valoir cette éloquence des statistiques qui ne permet pas la réplique. Mais vivre en dehors des bilans ne veut pas dire mépriser la question. Georges Duhamel, qui en même temps qu’auteur est éditeur et directeur de revue, a poussé un cri d’alarme qui ne me semble pas avoir eu l’écho qu’il méritait, et qui est pleinement justifié.”
Le grand romancier réfléchit quelques secondes puis reprend:
“Il me paraît d’ailleurs difficile de juger les mesures nouvelles relatives à la librairie sans tenir compte de tout le système qui entraîne l’économie française vers l’étatisme. Le livre périra ou sera sauvé avec le reste, voilà tout. En somme, la question est politique, et vous me pardonnerez de ne pas aller plus avant.”

[…]

Ainsi, tous ceux que j’ai interrogés au cours de cette enquête, si divers soient-ils par l’esprit, la formation et les tendances, se montrent unanimes sur le danger couru par le livre et la culture française, du fait de quelques mesures irréfléchies. Voudra-t-on entendre en haut lieu une protestation si désintéressée et si ardente?

Francis AMBRIÈRE

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citer ce document

Francis AMBRIERE, “Les Académiciens se joignent à la croisade du livre,” Mauriac en ligne, consulté le 13 décembre 2017, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/542.