Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Te Deum

Référence : MEL_0357
Date : 13/05/1945

Éditeur : Le Figaro
Source : 119e année, n°231, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF


Version texte Version texte/pdf Version pdf

Te Deum

AU long de ces journées, n'y a-t-il pas eu pour chacun de nous une minute différente de toutes les autres, où et étrange enivrement, cette joie pleine de larmes a trouvé tout à coup son expression? Ce fut pour moi mercredi matin, lorsque, ayant tourné distraitement le bouton de la radio, le “Te Deum” tout à coup déferla à travers la petite pièce et, par la fenêtre ouverte, s'épandit entre les tois et le ciel.
Le vieux psaume montait du fond des âges, cri de l'humanité qui, au-dessus des charniers, atteste qu'elle n'a pas été abandonné. Soudain cette pnesée me frappa qu'après douze années de crimes et d'attentats contre des races entières, les bourreaux de Ravensbrück et d'Ausschwitz n'étaient pas venus à bout de l'espérance des hommes. Lorsque, aux grandes orgues, la “Marseillaise” éclata, une “Marseillaise” pour les anges et pour les saints, transposée sur le plan de l'éternel, j'eus le sentiment profond que de cette espérance universelle, une part concernait la France, et que ce n'était pas une songe, que ce n'étai pas une illusion, qu'une prueve nous en avait été donnée, que nous avions reçu un signe, ce signe vivant: cet homme debout dans le chœur, tel que je l'imaginais, tel que je l'avais vu, il y a si peu de semaines, dans la cathédrale de Strasbourg délivré, le même qui était apparu à un moment de notre Histoire où, s'il n'avait pas été là, nous aurions péri.
Je me croyais bien seul dans ma petite chambre, à être bouleversé jusqu'aux larmes par cette pensée, lorsqu'une immense acclamation retentit soudain comme si c'eût été les pierres de Notre-Dame qui criaient. Cette merveilleuse joie m'avait donc visité en même temps que les milliers de Français réunis sous les voûtes illustres; et je crus entendre, par la voix des pauvres vivants, tous nos ancêtres endormis dans le Seigneur et qui se réveillaient et qui, du fond de leur éternité, criaient merci à Charles de Gaulle.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citation

François MAURIAC, “Te Deum,” Mauriac en ligne, accessed November 14, 2019, http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/357.